fichier_000-6Les plus : L’écriture est fluide / L’intrigue est prenante / Les descriptions sont belles

Les moins : La feria / Je ne suis pas rentrée dans l’histoire directement

A Retenir : Un agréable roman sur l’Espagne des années 50, qui nous révèle une époque sombre et une intrigue familiale dramatique.


Résumé

Espagne, fin des années cinquante. Arnaud Madrier a l’occasion de séjourner sur les lieux mêmes où quelque vingt ans plus tôt, engagé dans les Brigades internationales, son père a mystérieusement disparu. Ce voyage représente pour lui la possibilité de comprendre enfin ce qui s’est alors passé. Mais sa venue dérange, comme si les faubourgs de Teruel résonnaient encore des événements dramatiques qui s’’y sont joué autrefois. La boite de Pandore qu’il entrouvre va dévoiler des secrets qui, en quelques jours, ne tarderont pas à marquer à jamais ceux qu’il rencontre et à bouleverser leurs vies. La sienne aussi.


Mon avis

J’ai reçu ce roman de la part directe de son auteur. Je remercie donc Alain Delmas pour son envoi car j’ai passé un excellent moment entre les lignes de ce livre. J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Disons que le temps que l’intrigue se mette en place (soit environ 45 pages) je n’ai pas accroché. Et puis finalement lorsque Arnaud et son ami Paco arrivent à Teruel, lorsque l’on comprend que tout n’est que peur et ressentiments dans ce village, alors on se laisse prendre au jeu. Je ne peux pas dévoiler beaucoup plus de choses sur ce roman je ne veux pas spoiler qui que ce soit. En revanche, je peux vous dire que je me suis attachée aux personnages. J’ai aimé leurs psychologies, leurs passés. J’adorerais rencontrer Ines qui a l’air tempêtueuse, magnifique et douce à la fois. Et puis j’avoue que je me suis laissée happer par l’intrigue familiale d’un bout à l’autre. Je me doutais par moments de ce qui allait en éclore sans pour autant m’attendre à tant d’émotions. Le petit plus, je ne connais pas bien l’Histoire de l’Espagne et ce texte aiguise ma curiosité sur cette période bien noire. Je ne me suis pas ennuyée et je conseillerais sans aucun doute ce roman.


Citations

« Imposant, le viaduc les dominait de toute sa hauteur, et la mois, juste à ses pieds, semblait écrasée. »

« Sans qu’ils puissent la définir, une certitude les habitait comme immanente : cette rencontre était inévitable. Ils ne l’avaient pas imaginée, ni rêvée, mais ils l’attendaient, comme une évidence. »

 » – Mais je ne joue pas jeune homme, je ne joue pas. Je voulais juste que tu arrêtes de te mentir à toi même, c’est tout… parceque je ne suis pas sûre que tu soi prêt à tout écouter… »


Publicités

Et toi t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s