peur du sageLes plus : Les aventures continuent toujours aussi passionnantes / Kvothe grandit..

Les moins : Il y a quelques longueurs notamment chez les Adems

A Retenir : Une Saga magnifique extrêmement riche


 

Résumé

Une deuxième journée commence, Kvothe reprend son récit. La suite de ses études à l’Université, sa recherche d’informations au sujet des Chandrians qui ont massacré les siens, son amitié avec la douce Auri, ses querelles avec un petit noble suffisant, jusqu’au drame qui le force à quitter son univers et le jette sur les routes. Découvrez les premiers pas de Kvothe sur la voie qui mène à l’héroïsme et à la déchéance. Découvrez la vérité qui a créé la légende.

Coup de coeur


 Mon avis

C’est une suite très réussie. J’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans l’histoire de Kvothe. Les intrigues ne cessent de s’entremêler. Que se passe-t-il dans le monde au moment où il nous raconte son histoire, pourquoi semble t-il en porter la responsabilité? Pourquoi n’est-il plus celui qu’il a été? Qui ou que sont les Chandrians les Amyrs?  Va-t-il enfin réussir à conquérir la demoiselle? Comment va-t-il pouvoir s’améliorer nous surprendre? On passe d’interrogations en interrogations et on suit les réponses qui nous sont données. Les mystères dissimulés dans ces pages sont vraiment passionnant et forment un très beau roman fantasy. Les aventures sont surprenantes, le texte est très bien écrit. Les personnages ne sont pas vides de sens, ils ont tous un caractère, une histoire passionnante. Ma seule et unique déception qui est tout de même magistrale fut la fin. En effet j’ai dévoré ces trois tomes pour m’apercevoir que la fin n’est pas écrite. L’auteur n’a toujours pas publié la suite (et je l’espère la fin) de sa saga. Espérons qu’il ne nous laisse pas sur notre faim…


Citations

« Autrefois, ce lieu était celui où l’on venait apprendre des choses secrètes. Hommes et femmes accouraient à l’Université pour y étudier l’état du monde. Dans cette Université là, nul autre savoir n’était porté plus haut que celui de la science des noms. Tout le reste n’était que vil métal. Les nommeurs arpentaient les rues tels des dieux en miniature. Ils faisaient des choses terribles et merveilleuses et tous les autres les enviaient. Tous ces étudiants étaient là pour apprendre le nom des choses. Mais dans cette discipline il ne saurait être question d’apprendre quoi que ce soit par cœur ou de suivre aveuglément une règle à la lettre. Vouloir enseigner la science des noms est sans espoir. Impossible à réaliser. Malgré cela, les étudiants ont essayé de l’apprendre et les professeurs ont tenté de l’enseigner. Et, quelquefois, ils y sont parvenus…  « 

« Tu penses être intelligent, mais c’est là ta faiblesse. Tu crois savoir où tu mets les pieds, mais il n’en rien. Tu crois pouvoir me faire confiance en tant qu’enseignant. Tu crois que je te protégerai. Mais c’est la plus grossière erreur que tu puisses commettre. »

« – Mais pourquoi souris-tu ?
– Parce que je suis soulagé, ai-je avoué. J’avais peur de m’être empoisonné au cadmium ou bien d’avoir une maladie mystérieuse. C’est tout simplement quelqu’un qui essaie de me tuer. « 

« Nul homme n’est brave s’il n’a jamais parcouru une centaine de kilomètres à pied. Si tu veux vraiment te connaître, marche jusqu’à ce que plus personne ne connaisse ton nom. Tous les hommes sont égaux devant le voyage. Une longue route t’en apprendra davantage sur ton compte que cent ans d’examen de conscience. « 

« Mon doux amour, si tu m’interroges une fois de plus à propos des sept, je te chasserai d’ici. peu importe que tu fasses preuve de douceur ou de fermeté, d’honnêteté ou de ruse. à la première question je te flagellerai avec un fouet de ronce et de serpent. je te pourchasserai, couvert de sang et de en larme, et je n’arrêterai pas avant que tu sois mort ou que tu aies fui d’ici.
Bien que je ne l’aie pas quittée du regard, ses yeux n’étaient plus mouillés de tendresse. Ils étaient noirs comme les nuages d’orage, durs comme la glace.
– Je ne plaisante pas a t-elle ajouté. je le jure par ma fleur et la lune toujours changeante, je le jure par le sel et la pierre et le ciel. je le jure par le chant et le rire, par le son de mon propre nom.
Elle m’a embrassé de nouveau avec tendresse.
– Je le ferai. « 


 

Ces 2 tomes comptent pour les challenges Si j’étais un livre… et Le Baccalauréat littéraire #9. Elle compte aussi pour le challenge au Fil des Saisons et des pages

Publicités

Et toi t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s