modiano

Les plus : Le vocabulaire est riche / L’histoire est menée de sorte que l’on a envie de finir pour connaître le fin mot de l’histoire

Les moins : Je n’ai RIEN compris, j’ai bien des doutes mais aucune certitude sur ce qui s’est réellement passé.

A Retenir : Un style intéressant un contenu décevant


Résumé

« – Et l’enfant? demanda Daragane. Vous avez eu des nouvelles de l’enfant?
– Aucune. Je me suis souvent demandé ce qu’il était devenu… Quel drôle de départ dans la vie…
– Ils l’avaient certainement inscrit à une école…
– Oui. À l’école de la Forêt, rue de Beuvron. Je me souviens avoir écrit un mot pour justifier son absence à cause d’une grippe.
– Et à l’école de la Forêt, on pourrait peut-être trouver une trace de son passage…
– Non, malheureusement. Ils ont détruit l’école de la Forêt il y a deux ans. C’était une toute petite école, vous savez…»


Mon avis

Je vais faire simple, je n’aime pas les histoires commencées et non terminées, ou du moins, pour ne heurter personne, les histoires où la vraie fin est à la suggestion du lecteur. J’aime quand les faits que l’on soupçonnent ou qui nous sont suggérés tout au long de l’histoire sont clairement résolus et qu’une explication nette est donnée. Prenant compte de cette information, je n’ai pas pu apprécier ce roman de Patrick Modiano. On plonge dans l’histoire de Jean Daragane, qui est contacté par un couple très étrange et envahissant. Ce couple ranime la mémoire de Jean sur de vieux évènements de sa vie qui seraient liés à un fait divers étrange. On sent la confusion du personnage tout au long du récit. On se perd complétement entre les époques des faits et de la narration. Et surtout lorsque la dernière page se tourne, on ne sait rien de ce qui s’est réellement passé. Autrement dit c’est une lecture intéressante grâce au style de l’auteur, mais parfaitement agaçante dans son contenu. Je ne suis pas sûre de me risquer de nouveau sur cette auteur malgré son prix Nobel…


Citations

« Il ne pouvait détacher son regard de cette photo et il se demanda pourquoi il l’avait oubliée parmi les feuilles du « dossier ». Était-ce quelque chose qui le gênait, une pièce à conviction selon le langage juridique, et que lui, Daragane, aurait voulu écarter de sa mémoire? Il éprouva une sorte de vertige, un picotement la racine des cheveux. Cet enfant, que des dizaines d’années tenaient à une si grande distance au point d’en faire un étranger, il était bien obligé de reconnaître que c’était lui. »

« Écrire un livre, c’était aussi, pour lui, lancer des appels de phares ou des signaux de morse à l’intention de certaines personnes dont il ignorait ce qu’elles étaient devenues. Il suffisait de semer leurs noms au hasard des pages et d’attendre qu’elles donnent enfin de leurs nouvelles. »

« Il avait l’habitude de dévier la conversation pour éviter de parler de lui. Sa méthode, c’était de répondre à une question par une autre question. « 


 

Cette lecture compte pour les challenges Si j’étais un livre… et Au fil des saisons et des pages

challenge au fil

si_j_y14

Publicités

Un commentaire sur « Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier – Patrick Modiano »

  1. Toi aussi tu participes au challenge alors ? Dommage pour cette lecture. J’ai très envie de découvrir cet auteur.. peut-être avec un autre de ses livres 🙂

    J'aime

Et toi t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s