cent ansLes plus : L’imagination de l’auteur est fantastique / une grande histoire de famille / Les mythes sont intéressants

Les moins : Trop de personnages avec les mêmes noms je m’y suis perdue / Trop de détails plus ou moins politique sur une guerre peu compréhensible / Les histoires sont si enchevêtrées les unes aux autres qu’il faut sacrément s’accrocher.

A Retenir : Une très grande épopée familiale, mais il faut sacrément s’accrocher.


Résumé

Cent Ans de solitude. Epopée de la fondation, de la grandeur et de la décadence du village de Macondo, et de sa plus illustre famille de pionniers, aux prises avec l’histoire cruelle et dérisoire d’une de ces républiques latino-américaines tellement invraisemblables qu’elles nous paraissent encore en marge de l’Histoire. Cent Ans de solitude est ce théâtre géant où les mythes engendrent les hommes qui à leur tour engendrent les mythes, comme chez Homère, Cervantes ou Rabelais. Chronique universelle d’un microcosme isolé du reste du monde -avec sa fabuleuse genèse, l’histoire de sa dynastie, ses fléaux et ses guerres, ses constructions et ses destructions, son apocalypse- « boucle de temps » refermée dans un livre où l’auteur et le dernier de sa lignée de personnages apparaissent indissolublement complices, à cause de « faits réels auxquels personne ne croit plus mais qui avaient si bien affecté leur vie qu’ils se trouvaient tous deux, à la dérive, sur le ressac d’un monde révolu dont ne subsistait que la nostalgie ».


Mon avis

J’essaye dans toutes les lectures qui sont à ma disposition, les récentes et les plus anciennes de lire des classiques de la littérature, des romans qui ont été plébiscités pour parfaire ma culture générale. C’est dans cette idée que j’ai commencé ce roman. Les 200 premières pages je me suis laissée entraîner dans l’histoire du village de Macondo et dans les péripéties, les croyances et les découvertes de la famille Buendia. Mais j’ai vraiment été gênée par la répétition des prénoms et nom de la descendance de la famille. Les histoire de guerre ont finies de m’achever je crois. J’ai tout de même fini ce livre, j’y ai trouvé des passages très poétiques, certains presque magiques. Mais j’ai trouvé leur histoire triste, même si l’amour est omniprésent. J’ai bien conscience que ce roman est considéré comme un chef d’oeuvre parce qu’il retranscrit un bout de l’histoire du continent sud américain mais je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire jusqu’au bout et je l’ai trouvé vraiment long et fastidieux.


Citations

« Le secret d’une bonne vieillesse n’était rien d’autre que la conclusion d’un pacte honorable avec la solitude. »

« L’atmosphère était si humide que les poissons auraient pu entrer par les portes et sortir par les fenêtres, naviguant dans les airs d’une pièce à l’autre. « 

« Bien des années plus tard, face au peloton d’exécution, le colonel Aureliano Bendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l’emmena faire connaissance avec la glace. Macondo était alors un village d’une vingtaine de maisons en glaise et en roseaux, construites au bord d’une rivière dont les eaux diaphanes roulaient sur un lit de pierres polies, blanches, énormes comme des oeufs préhistoriques. « 

« Le colonel Aureliano Buendia fut à l’origine de trente-deux soulèvements armés et autant de fois vaincu. De dix-sept femmes différentes, il eut dix-sept enfants mâles qui furent exterminés l’un après l’autre dans la même nuit, alors que l’aîné n’avait pas trente-cinq ans. Il échappa à soixante-trois embuscades et à un peloton d’exécution. Il survécut à une dose massive de strychnine versée dans son café. Il fut promu au commandement des forces révolutionnaires, son autorité s’étendant sur tout le pays.Bien qu’il se battit toujours à la tête de ses troupes, la seule blessure qu’il reçu, ce fut lui qui se la fit. Il se lâcha un coup de pistolet en pleine poitrine et le projectile lui ressortit par l’épaule sans avoir atteint aucun centre vital.Tout ce qui demeura de cette succession d’événements fut une rue à son nom à Macondo. »


 

Ce roman compte pour 2 challenges : Si j’étais un livre.. et Le baccalauréat littéraire #9

Publicités

Et toi t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s