Oona

Les plus : Le style de Beigbeder / Qu’il commence avec son histoire pour laisser place à autre chose.

Les moins : Parfois triste / De courts passages m’ont semblé superflus

A Retenir : Un agréable roman non fictionnel à dévorer par pur plaisir


Résumé

L’auteur imagine, pour expliquer les causes de la disparition de J. D. Salinger en 1953, une histoire d’amour impossible avec Oona, la fille du dramaturge américain Eugene O’Neill.


Mon avis

Je trouve que Beigbeder a changé. Je lis ses romans depuis l’adolescence et je les ai tous parcouru depuis sont Dernier inventaire avant liquidation jusqu’à celui-ci. Si son côté trash et provocateur convenait très bien à mes années de rébellion, je suis assez ravie de voir que ses récits évoluent vers plus de maturité pendant que je grandis et vieillis moi-même. Mon coup de coeur fût Un roman Français où il s’autobiographie, alors j’ai lu Oona et Salinger sans hésitation. Et je ne suis pas déçue la narration est superbe tout au long du roman. Certains disent qu’une fois de plus il parle de ses problèmes, ses interrogations, ses angoisses, de lui-même, et ne peut s’en empêcher au profit d’un roman dépourvu de sa propre vie. Une simple invention de sa part serait-elle une  meilleure oeuvre? Finalement n’est-on pas le mieux placé pour parler de soi? Et nos propres émotions, nos propres questionnements ne sont-ils la meilleure source d’inspiration pour écrire un roman? Je crois que l’introduction de l’auteur dans ses textes les rends meilleurs et plus travaillés. Pour un revenir au contenu du roman, la non histoire d’amour entre Oona et Salinger les mène finalement au destin qui leur est connu. C’est agréablement romancé, les ambiances sont parfaitement retranscrites. C’est un vrai plaisir.


Citations

« Le bonheur est très simple : il consiste à inverser le malheur. »

« C’est alors qu’Oona sourit pour la deuxième fois. Quand Oona souriait, les paupières mi-closes, on n’entendait plus le brouhaha. C’était comme si quelqu’un avait baissé le volume du reste du monde. En tout cas, c’est ce que Jerry ressentait »
« Le coup de foudre existe, il a lieu tous les jours, à chaque arrêt d’autobus, entre des personnes qui n’osent pas se parler. Les êtres qui s’aiment le plus sont ceux qui ne s’aimeront jamais. « 

Annonce de l’auteur

On est pas couché

Rencontre à la Fnac


 


 

Lu du même auteur

99 Francs – Un roman français – Nouvelles sous ecstasy – Dernier inventaire avant liquidation -Mémoire d’un jeune homme dérangé – Vacances dans le coma – L’amour dure 3 ans – Windows on the world – L’égoïste romantique – Au secours Pardon – Premier bilan après l’apocalypse

Publicités

Et toi t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s