La vérité

Les plus : Un très bon thriller, surprenant et haletant.

Les moins : Un peu long par moment, et agaçant aussi!

A Retenir  : Une très belle enquête, bien écrite, rondement menée et surprenante.

 

 

 


Résumé

À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.
 
Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.
 
Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?
 

Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.


Mon avis

Très plébiscité, je me suis laissée tenter par ce roman! Je l’ai lu tranquillement avec un réel plaisir. J’ai aimé et détesté tour à tour chaque personnage. L’intrigue nous emmène loin dans les psychoses et les sentiments de chacun. On aperçoit quelques mauvais côté de l’industrie du livre, on navigue entre amour et détournement de mineure. Les déboires sexuels de chacun forment un fond assez malsain qui rend l’histoire angoissante. L’auteur réussit à nous manipuler, à nous surprendre jusqu’au dernières lignes. C’est un roman vraiment génial et très agréable à lire.


Citations

« – Marcus, savez-vous quel est le moyen de mesurer combien vous aimez quelqu’un?

– Non
– C’est de le perdre. »
« Les mots sont à tout le monde, jusqu’à ce que vous prouviez que vous êtes capable de vous les approprier. Voilà ce qui définit un écrivain. Et vous verrez, Marcus, certains voudront vous faire croire que le livre est un rapport aux mots, mais c’est faux: il s’agit en fait d’un rapport aux gens. « 

« – Harry, j’ai comme un doute sur ce que je suis en train d’écrire… Je ne sais pas si c’est bon. Si ça vaut la peine…
– Enfilez votre short, Marcus. Et allez courir.
– Maintenant ? Mais il pleut des cordes.
– Épargnez-moi vos jérémiades, petite mauviette. La pluie n’a jamais tué personne. Si vous n’avez pas le courage d’aller courir sous la pluie, vous n’aurez pas le courage d’écrire un livre. « 


Interview Joël Dicker dans l’émission « On est pas couché »


 

 

 


Publicités

Et toi t'en penses quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s